top of page
  • fhurlin

Séparation N1-N2 en Coupe de France Femmes...


🇫🇷 Cela a un peu déshabillé la N1 avec seulement 8 équipes contre 16 l’an dernier. Ainsi que les meilleures N2 ayant probablement leur place en N1 sont désormais “descendues” d’un niveau.


Mais selon moi, quand on voit qu'il y a plus de 60% de DNF/Hors Délai en N2 aux Boucles Guégonnaises…: ces jeunes femmes qui galèrent ou qui débutent, il ne faut pas les jeter en pâture dans un peloton de N1-N2. Dans le fictif, elles seraient lâchées et vite dégoûtées.


Les 67 DNF des Boucles Guégonnaises vont progresser au cours de la saison et donner de la densité aux CdF N2 et un jour peut être, monter en N1 ce qui serait la suite logique.


Aujourd'hui, nous n'avons pas de peloton de base féminin comme chez les hommes où les catégories sont significatives et où les femmes peuvent évoluer doucement avant de faire le grand saut.

Il faut donc lui laisser le temps de se construire, s'affirmer physiquement avec des entraînements spécialisés et acquérir des réflexes de cyclistes de compétition.


Lors d'un échange très interessant, on me faisait remarque que nous avions une pyramide de pratique inversée: normalement, nous avons une large base de pratiquants et un sommet avec quelques élites.

En France, avec un programme de courses locales plus limitées (le Comité Bretagne fait exception), nous avons un nombre important de partantes en National quand les courses locales ou Pass sont désertées...à tort.


En parallèle, on laisse croire à de nombreuses jeunes femmes qu'elles ont le niveau pour courir en National et peut être même en Continental...de nouveau à tort.


Cette scission entre N1 et N2 permet donc d'avoir une véritable différence de niveau de pratique et donner un step de progression supplémentaire aux N2 ambitieuses.


Et vous, que pensez-vous de cette réforme ?


--------------------------------------------------------


🇺🇸 This has undressed the 1rst division with only 8 teams against 16 last year. And the best 2nd division team who are probably as strong as some N1 teams are now "down" a level.


But in my opinion, you see that there are more than 60% of DNF/OTL in N2 at the Boucles Guégonnaises, 1rst race of the season: these young women who are struggling or starting out, they should not be thrown into a N1-N2 pack. In the first kilometers, they would be dropped and quickly disgusted.


The 67 DNF of the Boucles Guégonnaises will progress during the season and give density to the N2 French Cup and will go up in N1, what would be the logical continuation.


Today, we don't have a female cycling base as we do for men where the categories are significant and where women can evolve slowly before making the big jump in the elite cycling.

It is therefore necessary to give her time to build herself, to progress physically with a specialized training and to acquire racing reflexes.


During a very interesting exchange, I was told that we have an inverted pyramid of practice: normally, we have a large base of cyclists and a summit with a few elites.

In France, with a more limited local races program (Brittany is an exception), we have a large number of starters in the National races when the local races are deserted...wrongly.


At the same time, many young women are led to believe that they have the level to race in the National and maybe even in Continental...again wrongly.


This split between N1 and N2 allows to have a real difference in the level of practice and to give an additional step of progression to the ambitious N2.


12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page